Espace-CPGERésumé/dissertation

Résumé de texte, format CNC/CCINP/ E3A (3)

Thème de français-philosophie des CPGE scientifiques pour l'année 2021-2022: "L'enfance"

Oeuvres au programme:


                                         

Profils des oeuvres au programme de l'année 2021-2022 des CPGE scientifiques (thème: L'Enfance)

                                                               

Consigne :

Vous résumerez le texte suivant en 100 mots avec un écart de 10% en plus ou en moins. Vous indiquerez par une barre chaque vingtaine de mots.

Texte :

« Quand vient le moment d’appliquer quelques-uns de nos principes, il faut toujours les avoir là présents : à table, ceux qui sont pour la table ; aux bains, ceux qui sont pour le bain ; au lit, ceux qui sont pour le lit.

Voilà des vers qu’il faut retenir pour les mettre en pratique, et non pas pour les débiter à haute voix, comme on débite le Péan à Apollon !

Dans la fièvre à son tour, ayons présents les principes qui sont faits pour elle, bien loin de les laisser de côté tous en masse et de les oublier, parce que nous avons la fièvre. « M’arrive ce qui voudra, t’écries-tu, si je m’occupe encore de philosophie ! Je m’en irai quelque part, où je ne songerai qu’aux soins de mon corps, et où la fièvre ne me viendra plus ! » Mais qu’est-ce que s’occuper de philosophie ? N’est-ce pas se préparer contre les événements ? Ne comprends-tu pas alors que tes paroles reviennent à dire : « M’arrive ce qui voudra, si je me prépare encore à supporter avec calme les événements ! » C’est comme si quelqu’un renonçait au jeu du pancrace, parce qu’il y aurait reçu des coups. Encore est-il tout loisible dans ce cas de cesser la lutte et de ne plus être battu ; tandis que nous, si nous cessons de nous occuper de philosophie, qu’est-ce que nous y gagnerons ? Que doit donc dire le philosophe, à chaque chose pénible qui lui arrive ? Voilà ce à quoi je me suis préparé, ce en vue de quoi je me suis exercé. Dieu te dit : « Donne-moi une preuve que tu t’es préparé à la lutte suivant toutes les règles, que tu t’es nourri comme on doit le faire, que tu as fréquenté le gymnase, que tu as écouté les leçons du maître. » Vas-tu maintenant mollir à l’instant décisif ? Voici le moment d’avoir la fièvre ; qu’elle vienne, et sois convenable. Voici le moment d’avoir soif ; aie soif, et sois convenable. Voici le moment d’avoir faim ; aie faim, et sois convenable. Cela ne dépend-il pas de toi ? Quelqu’un peut-il t’en empêcher ? Le médecin t’empêchera de boire ; mais il ne peut t’empêcher d’être convenable en ayant soif. Il t’empêchera de manger, mais il ne peut t’empêcher d’être convenable en ayant faim.

— Mais, en cet état, je ne puis pas étudier ! — À quelle fin étudies-tu donc, esclave ? N’est-ce pas pour arriver au calme ? à la tranquillité ? N’est-ce pas pour te mettre et te maintenir en conformité avec la nature ? Or, quand tu as la fièvre, qui t’empêche de mettre cet accord entre la nature et ta partie maîtresse ? C’est ici le moment de faire tes preuves ; c’est ici l’épreuve du philosophe ; car la fièvre fait partie de la vie, comme la promenade, les traversées, les voyages par terre. Est-ce que tu lis en te promenant ? — Non. — Eh bien, c’est la même chose quand tu as la fièvre. Si tu restes convenable, en te promenant, tu es ce que doit être un promeneur ; si tu es convenable, en ayant la fièvre, tu es ce que doit être un fiévreux. Qu’est-ce donc qu’être convenable en ayant la fièvre ? C’est de ne t’en prendre ni à Dieu ni aux hommes ; c’est de ne pas te désoler de ce qui arrive […] La tâche du philosophe, en effet, n’est pas de sauvegarder les choses du dehors, son vin, son huile, son corps, mais de sauvegarder sa partie maîtresse. Comment se conduira-t-il vis-à-vis les choses du dehors ? Il s’en occupera dans la mesure que la raison comporte. Et alors quand aura-t-il encore à s’effrayer ? Quand aura-t-il encore à se mettre en colère ? Quand aura-t-il encore à trembler pour des choses qui ne sont pas à lui, et qui ne méritent pas qu’il en fasse cas ? Voici, en effet, les deux pensées qu’il faut avoir toujours présentes : c’est qu’en dehors de notre libre arbitre, il n’y a rien de bon ni de mauvais, et qu’il ne faut pas vouloir conduire les événements, mais les suivre. Mon frère ne devait pas se conduire ainsi avec moi. Oui ; mais c’est à lui d’y voir ; et quant à moi, de quelque façon qu’il se soit conduit, j’agirai envers lui comme je le dois. Car voilà ce qui me regarde, tandis que l’autre chose ne me regarde pas ; voilà ce que nul ne peut empêcher, tandis qu’on peut empêcher l’autre chose. »

Épictète, Manuel, éd. J’ai lu, 2014, p.p. 38-39.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top button
error: Le contenu est protégé !!

Nous avons remarqué que vous bloquiez nos publicités.

Soutenez Le Site et ses auteurs, qui œuvrent chaque jour à vous livrer un produit de qualité, en désactivant votre bloqueur de publicités.